09.73.03.70.80

09:30 - 18:30

Conseils pour créer
votre maquette numérique OEUVRE NUMÉRIQUE

 

INTRODUCTION

Ces brèves instructions ont pour but d’aider à la préparation d’une maquette numérique à soumettre à AA Labels. Elles ne se veulent pas exhaustives ni infaillibles, mais suivre les simples conseils présentés ci-dessous permettra de réduire le risque de voir survenir certains problèmes courants lors de l’impression à partir de fichiers numériques.

IMPRIMER DES IMAGES NUMÉRIQUES

L’impression d’images numériques peut être frustrante si vous n’avez pas une compréhension de la qualité d’impression par rapport à la qualité écran. Une image qui paraît belle sur votre écran sera souvent irrégulière ou pixellisée lorsque vous l’imprimerez. Cette section explique comment parvenir au meilleur résultat d’impression à partir de vos images numériques, quel que soit le programme informatique que vous utilisez pour créer vos illustrations.

Les images numériques se divisent en deux grandes catégories : vectorielles et tramées. Les images vectorielles sont généralement des logos ou des graphiques au trait qui peuvent être agrandis ou réduits sans affecter la qualité du résultat imprimé. Cependant, les images les plus couramment utilisées, y compris les photographies numériques (le format JPEG étant le format de fichier le plus courant), sont des images tramées, ce qui signifie qu’elles sont formées d’un nombre fini de points ou de pixels. La qualité de ce type d’image à l’impression varie en fonction de la taille de l’image et de l’étiquette.

Par exemple, vous avez un fichier image de 500 pixels sur 250 pixels – et cela ne changera pas, même si vous agrandissez ou réduisez la taille de l’image. Donc si vous produisez une image de 2 pouces de large par 1 pouce de haut (soit 5 cm  2,5 cm environ), sa résolution sera de 250 points par pouce (dpi). En règle générale, c’est la taille maximale à laquelle vous pouvez produire cette image sans compromettre sa qualité à l’impression.

Si vous agrandissez l’image à 4 pouces de large par 2 pouces de haut, sa résolution tombera à 125 dpi, car vous aurez le même nombre de pixels répartis sur une plus grande surface. La qualité de l’impression en sera affectée. Pour les applications d’étiquettes imprimées, tous vos graphiques doivent avoir un minimum de 200 dpi pour une impression nette. MonaLisa Pour une impression en grand format (par ex. étiquettes de format A4 ou A3), 300 dpi est généralement préférable, selon l’image. Les graphiques Web et les captures d’écran ne « pèsent » généralement que 72 dpi, ce qui correspond à une qualité écran et s’affiche très bien sur un écran, mais les résultats sont moins bons lorsqu’ils sont imprimés. Ci-contre, voici une image numérique de la Joconde et à droite un agrandissement de l’œil. Une belle image tramée, composée de millions de minuscules carrés colorés, devient pixellisée lorsqu’elle est agrandie.


Thumb Pin Cela ne vous aidera pas beaucoup d’utiliser un logiciel comme Adobe Photoshop pour augmenter la résolution d’un graphique Web de 72 dpi à 250 dpi : vous ne pouvez pas améliorer la qualité d’origine, vous devez donc vous assurer dès le début que vos graphiques possèdent une résolution correcte.

Le tableau ci-dessous présente des exemples de tailles minimales d’images tramées pour une publication de qualité poster sur des formats de papier standard, afin de fournir une échelle en fonction des formats d’étiquettes envisagés. La plupart des étiquettes sont normalement beaucoup plus petites que cela, mais c’est utile à titre indicatif.

Taille d’impression

Dimensions (mm)

Taille minimum de l’image (pixels)

A6

105 x 148

1,000 x 1,000

A5

148 x 210

1,500 x 2,000

A4

210 x 279

2,000 x 3,000

A3

279 x 420

3,000 x 4,200

transparency Un objet vectoriel (trait ou remplissage) peut avoir un degré de transparence allant de complètement opaque à complètement transparent. À gauche se trouve une illustration vectorielle montrant des remplissages, des traits et une transparence. À droite, un zoom du centre de l’image, sans aucune pixellation.


Usages courants de fichiers vectoriels ou tramés

TRAMÉ

VECTORIEL

Peintures

Graphiques, schémas

Photographies

Logos

Textures

Textes


Formats de fichiers courants

FORMAT DE FICHIER

TRAMÉ

VECTORIEL

NOTES

JPG JPEG

Pas de transparence

TIFF TIF

Pas de transparence

PNG

 

GIF

Palette de couleurs restreinte. Permet de multiples trames (Animation).

SVG

 

EPS

 

AI

Format de fichier natif d’Adobe Illustrator

PSD

Format de fichier natif d’Adobe Photoshop

PDF

On ne peut pas intégrer de polices de caractères


MICROSOFT OFFICE (WORD, EXCEL, POWERPOINT, PUBLISHER)

... Microsoft Office est la suite de programmes la plus couramment employée pour créer des documents à imprimer, simplement parce qu’elle est disponible pour la plupart des utilisateurs de PC. Or elle n’est pas conçue pour générer automatiquement des documents adaptés à l’impression sur presse (quoi qu’en disent les passionnés de Publisher), et la plupart des documents doivent être modifiés ou convertis dans un format approprié pour l’impression. Dans la plupart des cas, AA Labels pourra effectuer ce travail pour vous. Toutefois, cela nous sera plus facile si vous notez les points suivants avant de soumettre des documents Office pour impression :

1. Vérifiez la mise en page
Cela peut sembler évident, mais assurez-vous que votre document est à un format de page standard avant de commencer. En général, c’est un format « A » comme A4 ou A3. Selon les préférences de votre application, vos documents Word peuvent être réglés par défaut au format lettre US, ce qui peut causer des problèmes lorsque le document est imprimé sur des feuillets d’étiquettes A4.

Le format de page par défaut de PowerPoint est la taille de l’écran parce que cette application est conçue pour des présentations à l’écran. Donc si vous préparez un document à imprimer à l’aide de PowerPoint, vous devrez également modifier le format pour celui de la page d’étiquettes que vous souhaitez imprimer, par exemple A4 ou A3.


2. Utilisez des sauts de ligne/de page
C’est particulièrement important pour les longs documents, les étiquettes d’ingrédients ou les grandes étiquettes informatives réalisées avec Word. Cette application reformate automatiquement les documents, ce qui peut entraîner un déplacement de texte d’une section à une autre, surtout si vous transférez le fichier entre différents ordinateurs ou versions différentes de Word. Cela peut entraîner certains problèmes, comme le reformatage des sections.

3. Utilisez des polices standard
Il est toujours judicieux de s’en tenir aux polices standard comme Arial, Calibri, Bradley Hand, Times New Roman et autres polices courantes, car elles sont installées sur pratiquement tous les PC – donc quel que soit le PC sur lequel vous ouvrez votre fichier, les polices correspondront toujours à vos attentes. Les PC ne peuvent afficher et imprimer que les polices installées sur leur disque dur, donc si vous utilisez une police spéciale ou inhabituelle qui n’est pas installée sur nos ordinateurs, nous vous informerons du coût de l’acquisition de cette police. Sinon, nous ne pourrons pas la reproduire correctement. La bibliothèque de polices de caractères de notre atelier est assez complète, mais de nouvelles polices sont régulièrement créées.

4. Évitez l’emploi de clipart ou de graphiques Web
Il est fortement recommandé d’éviter d’utiliser des graphiques, des logos ou des images clipart que vous avez téléchargés sur Internet, ou des photos copiées à partir d’une page Web, sauf si vous êtes certain qu’ils sont d’une assez haute résolution pour être imprimés proprement. Les captures d’écran ou les images copiées/collées directement à partir de pages Web présentent bien à l’écran, mais elles seront très mauvaises à l’impression et doivent être évitées autant que possible. C’est particulièrement important si vous augmentez leur taille de façon significative. Plus vous agrandissez un graphique, plus son aspect sera médiocre une fois imprimé. Pour d’autres conseils sur l’utilisation des images numériques, reportez-vous à la section précédente, « Impression d’images numériques ».


PDF (PORTABLE DOCUMENT FORMAT) ET AUTRES FORMATS GRAPHIQUES

PDF Le format PDF est désormais la méthode standard de l’industrie pour soumettre des maquettes à imprimer, car il génère des fichiers plus petits (c.-à-d. portables) et, bien utilisé, il garantit que tous les graphiques et toutes les polices sont parfaitement intégrés afin qu’ils s’impriment correctement, quel que soit l’ordinateur depuis lequel vous les imprimez. De nos jours, de nombreux programmes ont un convertisseur PDF intégré, mais ce n’est pas toujours le cas. Si ce n’est pas le cas, vous devrez utiliser un logiciel vous permettant de créer des fichiers PDF à partir de Word, PowerPoint ou de tout autre programme que vous aurez utilisé pour réaliser votre document. Le plus connu est Adobe Acrobat. La plupart des PC ont Acrobat Reader installé d’origine, mais cela ne vous permet pas de générer des fichiers PDF, seulement de les lire. La version complète du programme est nécessaire pour générer des fichiers PDF, et elle n’est pas gratuite ! Il existe cependant quelques programmes de conversion PDF disponibles sur le Web qui peuvent être téléchargés et installés gratuitement, par exemple Cute PDF. La plupart fonctionnent comme un pilote d’imprimante : au lieu d’imprimer sur votre imprimante de bureau ou votre imprimante réseau, vous sélectionnez PDF comme imprimante de destination, puis vous choisissez vos options de formatage dans la boîte de dialogue Imprimer. PDF est un excellent outil, mais il n’est pas fiable : il ne fonctionnera correctement que s’il est utilisé correctement. Les points suivants doivent être pris en compte pour générer des fichiers PDF :

Choisissez la bonne qualité. La plupart des créateurs de PDF vous proposeront le choix d’un niveau de qualité pour votre PDF. Il s’agit soit d’une description (par ex. « basse qualité », « standard », « qualité presse »), soit d’une résolution de sortie (par ex. 72 dpi, 300 dpi, 1200 dpi), soit des deux. En règle générale, il est préférable de choisir le réglage de qualité le plus élevé possible, car il est plus sûr de rendre votre PDF de meilleure qualité que celle dont vous avez besoin. Recherchez « qualité d’impression », « qualité presse » ou « haute qualité » et une résolution de 300 dpi au moins. Une « basse qualité » ou « qualité écran » ou une résolution comprise entre 72 dpi et 150 dpi ne donnera pas de bons résultats et doit donc être évitée.


Même si vous avez sélectionné « qualité presse » et 1200 dpi, si le document que vous imprimez contient des graphiques en basse résolution (p. ex. des captures d’écran ou des graphiques Web), le PDF résultant ne sera pas forcément de qualité presse : la conversion en PDF n’améliorera pas la qualité des graphiques que vous avez utilisés au départ !


Fonts Intégrez toujours vos polices. Comme avec Microsoft Office, si les polices utilisées dans votre document ne sont pas installées sur notre PC, il les remplacera par d’autres, ce qui peut avoir des résultats inattendus et indésirables. Cependant, vous pouvez choisir d’intégrer toutes les polices que vous avez utilisées dans votre PDF lorsque vous le créez. En ce cas, peu importe que nous ayons vos polices ou non – le PDF contiendra assez d’informations pour imprimer vos polices correctement. De nombreux programmes vous permettent d’exporter votre document sous forme de fichier graphique, ce qui, comme pour le PDF, vous permettra d’intégrer toutes les polices et les graphiques dans un seul fichier. Il existe de nombreux formats de fichiers graphiques, les plus courants étant JPEG (.jpg), TIFF (.tif) et EPS (.eps). Cependant, la sauvegarde de votre document dans ces formats doit être abordée avec prudence. De nombreux programmes (la suite Microsoft Office, par exemple) vous permettront d’enregistrer vos documents en JPEG ou Tiff très facilement, mais vous n’aurez guère de contrôle sur la qualité de l’image du fichier graphique obtenu. Dans la plupart des cas, la résolution du fichier graphique sera par défaut de 72 dpi – ce qui est une basse qualité, convenant pour l’affichage à l’écran mais pas pour l’impression. C’est un problème particulier à PowerPoint qui peut causer de gros problèmes lorsque PowerPoint est utilisé pour créer des maquettes, surtout pour des affiches. Une autre difficulté, si vous transformez vos documents en fichiers graphiques, est que les fichiers résultants ont tendance à être massifs (en termes de mémoire) et très difficiles à manipuler – ils peuvent être trop volumineux pour être envoyés par e-mail, par exemple. Pour cette raison, nous déconseillons d’utiliser d’autres formats de fichiers graphiques que PDF, sauf en association avec un logiciel de PAO, le cas échéant.


LOGICIELS DE PAO PROFESSIONNELS (ILLUSTRATOR, INDESIGN, QUARK XPRESS, ETC.)

AI Un logiciel de PAO (publication assistée par ordinateur) est spécialement conçu pour préparer les documents en vue de leur impression sur presse. Ils travaillent de concert avec une famille de programmes graphiques et d’imagerie, par exemple Photoshop et Illustrator. Les programmes graphiques vous permettent de créer et de manipuler des fichiers graphiques, et le logiciel de PAO vous permet d’organiser ces graphiques sur la page avec votre texte. Les programmes de PAO peuvent être difficiles d’emploi si vous n’avez pas un peu d’expérience ; pour les utiliser correctement, il faut posséder quelques connaissances de base des processus d’impression. Pour les besoins de ce document, nous supposons que si vous utilisez ce type de programme, vous possédez déjà ces connaissances et êtes familiarisé avec les logiciels de PAO. Les conseils suivants vous aideront malgré tout à vous assurer que les fichiers que vous soumettez sont prêts à imprimer.

1. Utilisez le bon type de couleurs
Les ordinateurs gèrent les couleurs de plusieurs façons dans les fichiers d’images. Les deux modes principaux sont les couleurs RVB (rouge-vert-bleu) et les couleurs CMJN (cyan-magenta-jaune-noir). Les couleurs RVB sont basées sur les propriétés de la lumière et conviennent pour des images affichées sur un écran, non pour l’impression sur papier à l’encre ou au toner. Les couleurs CMJN sont basées sur les propriétés de l’encre et doivent toujours être utilisées lorsqu’une image en couleurs doit être imprimée. Le mode de couleurs de vos fichiers graphiques peut être réglé sur CMJN à partir de votre programme graphique ; le mode de couleurs de votre document texte peut être réglé à partir de votre logiciel de PAO. En plus des couleurs RVB et CMJN, vous devrez peut-être travailler avec la gamme Pantone, si vous créez un document qui doit être imprimé dans une ou deux couleurs spécifiques. (Par exemple, les couleurs du logo d’AA Labels sont bleu clair : PANTONE 2995 et bleu foncé : PANTONE 3015.)

... Le nuancier Pantone est un système universellement reconnu qui vous permet de spécifier la couleur exacte de l’encre que vous souhaitez utiliser, en fonction d’une gamme de couleurs prédéfinie. Si vous employez des couleurs Pantone, vous ne pouvez pas utiliser des graphiques CMJN en même temps, sauf si vous avez l’intention d’imprimer votre document en quadrichromie avec des couleurs Pantone supplémentaires par dessus – ce qui augmentera le coût de l’impression. Pour imprimer uniquement en couleurs Pantone, vous devez vous assurer que vos graphismes sont correctement préparés. La méthode habituelle consiste à les convertir en niveaux de gris (c.-à-d. supprimer les informations de couleurs et les enregistrer en noir et blanc), puis à leur attribuer la couleur Pantone que vous utilisez depuis votre logiciel PAO.

2. Vérifiez la résolution d’image
La qualité d’image est expliquée en détail dans la section « Impression d’images numériques » de ce document, mais vaut la peine d’être rappelée ici. Pour assurer une qualité d’impression apte à la publication, toutes les images tramées que vous utilisez doivent avoir une résolution minimale de 250 dpi au format où elles seront imprimées. Une image de 250 dpi au format A6 (carte postale) descendra à 125 dpi si vous décidez d’en remplir une page A4, donc assurez-vous que les images que vous utilisez sont de qualité appropriée au format que vous voulez imprimer.

3. N’oubliez pas les fonds perdus
N’oubliez pas de prévoir des fonds perdus. Ce point est important et souvent négligé. Un fond perdu est l’endroit où une image ou une couleur d’arrière-plan est imprimée au-delà du bord de l’étiquette. Si vous travaillez sur un document à fond perdu, vous devez faire en sorte que le fond perdu déborde de l’étiquette d’au moins 3 mm (voir schéma ci-dessous). L’imprimante imprime le document sur un rouleau ou une feuille de format supérieur à celui de l’étiquette. Le fond perdu de 3 mm permet que le moindre jeu du convertisseur ne produise pas nécessairement une bordure blanche visible sur les étiquettes.


PRÉVOIR DES FONDS PERDUS

... Le rectangle blanc figure le rouleau ou la feuille sur laquelle l’étiquette est imprimée. La ligne rouge représente le bord de l’étiquette (ligne de coupe – NB : elle ne doit pas apparaître sur l’illustration). La ligne bleue indique la zone imprimée, en tenant compte des fonds perdus sur chaque côté (débord min. 2-3 mm). Les repères à chaque coin sont des repères de coupe, indiquant à l’imprimeur où couper.

Si vous utilisez des étiquettes en feuillets, vérifiez toujours le modèle d’étiquette sélectionné pour vous assurer qu’il convient à l’impression de votre maquette, par exemple offrant un espace suffisant entre et autour des étiquettes pour faciliter le fond perdu si nécessaire, et qui ne soit pas hors de la zone imprimable sur les feuillets (« gouttière » d’environ 5 mm au bord d’une feuille A4).


L’exemple (A) montre l’usage et la quantité correcte de fond perdu. L’exemple (B) montre un usage incorrect.


PALETTE DE COULEURS

... La gamme de teintes qui peut être produite par un espace colorimétrique donné est appelée palette de couleurs. La palette RVB est différente de CMJN. Cela peut causer des problèmes si vous soumettez des illustrations RVB à une imprimante. Votre fichier RVB devra être converti en CMJN avant l’impression. Si votre image inclut des couleurs qui existent dans la palette RVB mais pas dans la palette CMJN, ces couleurs seront décalées par le logiciel de conversion vers une couleur proche. La nouvelle couleur n’est peut-être pas celle à laquelle vous vous attendiez... Nous le constatons le plus souvent chez des clients qui ont des images RVB aux couleurs vives et brillantes. Ces couleurs presque lumineuses sont fantastiques lorsqu’on les regarde sur un écran (qui émet de la lumière) mais sont impossibles à reproduire en impression (qui absorbe la lumière). Configurez vos illustrations en CMJN à l’avance ! Si vous travaillez avec une illustration en RVB, convertissez-la vous-même en CMJN avant de nous l’envoyer, ainsi vous serez préparé à ce que sera l’image une fois imprimée. Une comparaison entre les palettes de couleurs RVB et CMJN est présentée ci-dessus. N’hésitez pas à contacter notre équipe client pour demander conseil. Nos coordonnées sont disponibles sur le site Web.

SERVICE CLIENT Nous sommes fiers de nos normes de service

Nous sommes fiers de nos normes de service pour toutes nos commandes d'etiquettes en ligne. Notre reputation de service repose sur notre gamme complète de produits et les delais d'execution des commandes, ainsi que sur l'experience et les connaissances combinees de notre equipe de service à la clientèle. Si vous avez besoin d'aide ou d'aide concernant le choix d'etiquette le plus approprie pour votre application, veuillez contacter notre equipe de service à la clientèle, via le chat en direct sur la page, notre formulaire de contact sur le site Web, par telephone ou par e-mail et ils se feront un plaisir de discuter vos besoins.